L’ALG reçoit la visite d’une mission inter-agences du Système des Nations Unies du niveau régional.

Jeter les bases d’un partenariat fécond pour la région du Liptako-Gourma

Le Directeur Général de  l’Autorité de développement intégré de la région du Liptako-Gourma (ALG), M. Saidou OUA  a reçu en audience le mercredi 24 janvier 2018, dans la salle de réunion de la maison du Liptako, une mission inter-agences du Système des Nations Unies conduite par sa coordinatrice au Burkina Faso, en l’occurrence Mme Metsi MAKHETHA  Représentante résidente du PNUD au Burkina.

Comme cela se doit en pareille circonstance, c’est à la Coordinatrice Résidente du SNU et Représentante Résidente du PNUD qu’il est revenu le soin d’introduire cette mission auprès du Directeur Général de l’ALG et ses collaborateurs. L’objectif de cette visite tel que décrit par le Directeur régional de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), Mr. Richard DANZIGER, chef de cette mission venue de Dakar (Sénégal), est de dégager des pistes de partenariat pour un engagement formel tel que stipulé par le plan d’appui pour le Sahel mis en place dans le cadre de l’initiative pour la stratégie intégrée des Nations  Unies pour le Sahel (SINUS).

La stratégie intégrée pour le Sahel est axée sur trois grands domaines d’appui définis comme objectifs stratégiques à savoir, le développement, l’humanitaire et la sécurité. Les objectifs stratégiques visent à appuyer et renforcer les initiatives en cours et à combler les lacunes déjà identifiées. Une série d’objectifs spécifiques et une liste indicative de mesures à prendre sont proposées pour atteindre ces objectifs. Les trois domaines d’appui sont complémentaires et
constituent une réponse intégrée à la crise du Sahel. En particulier, cette réponse repose sur l’intégration des interventions en matière d’action humanitaire et de
développement afin que les activités d’importance vitale répondent aux besoins immédiats, tandis que l’appui à la résilience des populations et des communautés
entre dans le cadre d’un programme de développement à long terme.

Ce plan d’appui comme le dira, le chef de cette mission s’intéresse à la fois aux Gouvernements des pays du Sahel et à un certain nombre d’organisations crédibles parmi les plus représentatives dont, naturellement l’ALG qui, en rappel, travaille dans cette zone depuis 47 ans, plus précisément à partir du 03 décembre 1970.

Il manquait un mécanisme de financement, un cadre d’intervention et des instruments, toutes choses qui faisaient défaut pour permettre aux nations Unies, fidèles à leurs engagements et à leur mission de s’impliquer et d’intervenir comme acteur principal dans la crise sécuritaire au Sahel. La stratégie intégrée vient apporter des réponses à toutes ces insuffisances et il ne reste plus que son application sur le terrain.

La prise de langue avec les autorités de l’ALG permet, selon Mr DANZIGER d’identifier les priorités sous régionale et régionale et d’analyser leur impact pour trouver des solutions régionales à cette crise multiforme au Sahel. Ceci peut intéresser des domaines comme le changement climatique, le dividende démographique, la sécurité alimentaire, la paix et la sécurité, la politique etc…

La mise en œuvre de cette stratégie n’occulte pas la dimension transfrontalière d’où l’importance, selon le chef de cette mission, de leur présence ce jour à l’ALG.

Pour mieux comprendre le rôle de l’ALG et la partition qu’elle peut jouer dans le cadre de la résolution de la crise au Sahel, de nombreuses questions et demandes d’éclaircissement ont été posées par les autres membres de cette mission qui sont également de hauts responsables d’agences composant le SNU comme Mme Nana Touré SY Représentante pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre au bureau régional du PNUD à Dakar, Andréa ORI, Représentante Régionale du haut-commissariat aux Droits de l’Homme à Dakar (Sénégal), Rama TRIBOT-LECLERC, Conseillère Résilience et Moyens d'Existence de l’ Equipe sous régionale Résilience pour l’Afrique de l’Ouest/ Sahel (REOWA) au bureau de la FAO à Dakar ; Mamadou BAMBA du Bureau Afrique de l’Ouest et du centre du PNUD ainsi que Malamine TAMBA membre de l’équipe du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

Les questions  posées à l’ALG sont relatives à la vie de l’institution, les bonnes pratiques et leçons apprises après plus de quarante années d’intervention dans la zone, aux liens avec le G5 Sahel,  les actions de l’Organisation et ses domaines d’interventions, l’impact de la situation sécuritaire sur la mise en œuvre de ses projets et programmes, etc..

A toutes ces questions le Directeur Général de l’ALG et ses collaborateurs ont apporté les réponses les plus complètes possibles.

Les deux parties ont décidé, à défaut de se revoir dans les prochains jours,  de maintenir le contact afin de donner plus d’élan et de vigueur au processus de mise en œuvre de la stratégie de développement et de lutte contre l’insécurité au Sahel.

Le Directeur Général de l’ALG, Mr Saidou OUA en compagnie de Mme Metsi MAKHETHA, Coordinatrice résidente du SNU au Burkina Faso, Représentante Résidente du PNUD au Faso et Mr Richard DANZIGER, Directeur Afrique de l’Ouest de l’OIM (à droite sur la photo).

Les membres de la délégation du SNU et les cadres de l'ALG posent pour une photo de famille

 

Lu 89 fois